Maternité au Mali à Kalana

Voici pourquoi rénover, entretenir et développer cette maternité se perdure depuis quinze années, comme vous pourrez le découvrir en parcourant le

document qui relate

cette belle action.

1 248 574 km2 au centre de l’Afrique Occidentale, donc l’un des plus vastes de l’Afrique de l’Ouest, frontalier de sept états, près de 18 millions d’habitants, des villes symboles telles Tombouctou ou Djenné, le pays Dogon, le « vrai » itinéraire du Paris-Dakar, le fleuve Niger : voici ce que l’on sait de ce pays du Sahel, le Mali – l’ancien Soudan français – de ce côté de la Méditerranée.
On peut également ajouter que le nom «  Mali »  viendrait de l’appellation de l’emblématique hippopotame en bembara.

Mais il y a aussi des questionnements qui ne sont pas toujours gratifiants : comment ce pays traditionnellement tolérant a-t’il pu plonger dans le radicalisme religieux en dix ans ? combien de temps les très importantes ressources minières échapperont-elles à la nation ? jusqu’à quand la France sera-t’elle engagée – opération Barkhane – pour la protection des populations ?
C’est ainsi que l’insécurité alimentaire perdure pour plus d’un malien sur cinq, selon l’ONU.

Quand il y a un besoin, il y a toujours un Lion.

C’était aussi, au début du XXIe siècle, à Kalana, des conditions sanitaires désastreuses : accouchements quasiment en plein air… en dépit de l’exceptionnel gisement aurifère ! En 2001, de retour de vacances au Mali, Sékou Diakité, notre vétérinaire barsuraubois bien connu a convaincu ses amis du Lions Club de « faire quelque chose » pour remédier à cela.

Réaménager cette maternité délabrée

nous a semblé être une action qui convenait à notre club et nous avons commencé à étudier cette possibilité. L’ambition à ce moment-là était de réunir une somme de 15 000 à 20 000 €, et d’en tirer le meilleur profit en prenant des avis autorisés.

Alors que nous commencions à travailler pour réunir cette somme, l’un de nos membres, Maurice Potier, fit la connaissance de Xavier de Franssu (il vient de nous quitter, le 8 avril 2017, R.I.P.) du Lions-Club de Paris-Marais qui, de retour d’Afrique après plus de 30 années passées sur ce continent comme entrepreneur de TP, au Sénégal, au Gabon, en Côte d’Ivoire, a œuvré pour l’action humanitaire en direction de plusieurs pays dont le Mali. (Pour l’anecdote, son fils Jean-Baptiste a été nommé par le pape François président de l’I.O.R.,  la banque du Vatican, en juillet 2014).

Il a créé l’Association “Lions-Amitié Villages”  et l’ONG “Eau Vive.”

Xavier nous a alors expliqué comment cette dernière pouvait nous faire bénéficier d’un effet de levier financier important dans notre action de réaménagement de la maternité, s’il nous apportait son expérience de l’aide aux villages africains pour avoir un maximum de chances de réussite.

Il est facile d’imaginer qu’une aide conçue sans concertation avec les populations auxquelles elle est destinée a moins de chances d’atteindre son but que si elle est le fruit d’un travail étroit entre les partenaires. C’est le principe de base d’Eau Vive. Quant à l’intérêt d’avoir un tel soutien, il est évident puisque, outre les conseils techniques de vrais spécialistes du cru, Eau Vive participe financièrement de façon très significative à la réalisation du projet.

C’est sur ces bases alors toutes théoriques que nous avons résolument engagé le “Projet Kalana” pour : un centre de santé, deux forages profonds pour l’eau potable, un périmètre maraîcher avec 3 puits, le suivi et la formation.

Et c’est ainsi que tout a commencé !

Il a fallu trouver le financement d’un projet qui, initialement évalué à 106 k€, comme toujours a un peu augmenté jusqu’à 160 000, mais abondé par Eau Vive mais aussi la Fondation Internationale des Lions Clubs LCIF.

Complément de financement pour la rénovation de la maternité de Kalana

Remise de chèque de la LCIF en 2004 : Xavier de Franssu est entouré de Sékou et de Michel.

Le club se trouvait ainsi aidé mais plus encore encouragé car la valeur de son projet était reconnue au plus haut niveau de notre mouvement.
Des soirées de gala eurent lieu chaque année, organisées avec une énergie que notre club n’avait jamais connue et permettant par exemple pour l’édition 2004 un bénéfice de plus de 17 000 € ! Bien sûr on n’arrive pas à un tel résultat sans convictions et de nombreuses heures de don de soi.
Plusieurs clubs de notre zone nous ont aidés par des dons, quelquefois très importants. Mais aussi la Centrale de Clairvaux nous a donné 15 palettes de chaussures déclassées qui sont fabriquées dans ses ateliers pénitentiaires.

Une délégation du club s’est rendue à Kalana en février 2005 pour l’inauguration de l’ensemble autour de la maternité et les participants en gardent encore un souvenir ému.

Lors du voyage de “reconnaissance” en février 2003, un ami du club, intéressé par notre action a voulu apporter sa pierre à l’édifice en organisant …l’envoi d’un tracteur, et par avion. Il ne savait pas alors que trois mois plus tard il rejoindrait notre club !
C’est donc avec l’aide de tout le club que l’action fut menée à bien. Deux journées de vendanges, deux vide-grenier et une après-midi dansante plus tard, les 6000 € nécessaires à l’acquisition du tracteur étaient réunis ! Il est maintenant sur place…et fonctionne. Les frais d’expédition ont été avancés par les caisses du club, remboursés par de nouvelles actions spécifiques.

Voilà, nous pourrions en dire plus, en rajouter, comme par exemple le fait que nous ayons garanti pendant dix ans et renouvelé pour cinq ans en 2015 le salaire de la sage-femme employée à la maternité, et encore l’aide de Médico pour l’équipement, et encore…

 

SOYEZ LIONS